VOYANCE - SPIRITISME - MEDIUMNITE
VOYANCE - SPIRITISME - MEDIUMNITE
L'ABEILLE O.S.U.
 L'ABEILLE O.S.U.

LA RELATION AMOUR ET SPIRITISME

Chacun de nous est un être " désirant ", " un corps esprit ", animé par son énergie vitale (force en action). C'est l'entretien, le maintien de cette énergie (psychique et physique) qui nous permet d'être, de faire et de  communiquer.

Le régulateur de cette énergie est en permanence en nous, c'est l'INFORMATION.

Selon le type d'informations que nous nous adressons ou recevons, nos pensées sont négatives ou positives.

 

Nous nous forgeons ainsi "une vision de monde" : un monde aimé ou détesté, selon les moments.

  • La pensée négative (pessimisme, anxiété, stress, mauvaise nouvelle) freine ou neutralise l'énergie jusqu'à stopper sa circulation.
  • La pensée positive (enthousiasme, joie, " coup de foudre ", amour, bonne nouvelle) active au contraire l'énergie en cause.

De la sorte, parce que nous sommes des animaux sociaux (des êtres en relation), c'est "le lien informatif" qui fait circuler en nous cette énergie motrice.

 

L'information peut venir des vivants avec qui nous sommes en relation et des morts, notamment par le biais de spiritisme (pour ceux qui le pratiquent et y croient). S'il existait un fort lien d'amour avec la ou les personnes décédées, il peut être entretenu (communication, souvenir) par la personne vivante.

 

Sachant que l'amour est lui-même une énergie et une composante de l'énergie vitale. Que Freud nomme la libido, et que nous avons faussement traduit en Français par "énergie sexuelle".

 

On voit ainsi que la pensée positive revient à AIMER, à entretenir cette flamme qu'est l'amour.

 

Aimer soi-même, son milieu, les autres, vivants ou morts, Dieu, la nature, etc. De la sorte, l'amour, sous toutes ses formes, cela correspond à  "Bien-être" et être bien (bon fonctionnement du système hormonal) et participe à l'équilibre et au développement personnel.

Pourquoi "l'Homme et la Femme" sont attirés l'un par l'autre ? " l'Alchimie de l'Amour"

La culture métaphysique des deux sexes

Éric-Jacques de MOLLET, en tant que conseiller, vous ouvre la porte sur les mystères de " l'Alchimie de l'Amour. "

 

Par son don de médiumnité, il vous guidera, en tenant compte de votre karma, de votre personnalité, de vos affinités avec un ou une  partenaire pour vous orienter vers la rencontre de votre "âme sœur"...et la réussite de votre vie affective...

 

Le terme " d'amour ", peut être pris dans un grand nombre d'acceptions différentes :

Il existe un amour des parents, un amour de la beauté, un amour de la patrie, un amour maternel, fraternel, mais aussi l'amour entre un homme et une femme , l'amour entre  deux homosexuels(es)...

 

L'AMOUR EST UNE POURSUITE SOLITAIRE, DONT LA SIGNIFICATION NE PEUT ETRE COMPRISE AU MIEUX, QUE PAR UNE SEULE PERSONNE : " CELLE QUE NOUS AIMONS "...

 

Il existe aussi une conception idéale ou sentimentale de l'amour, dans laquelle il se réduit à une simple affection, une union intersexuelle, ou à une affinité intellectuelle.

 

L'expérience humaine peut comprendre un ensemble de facteurs mentaux, affectifs, moraux et même intellectuels qui dépassent le domaine biologique mais dont le centre de gravité naturel est l'union de deux êtres du sexe opposé, ou du même sexe, telle qu'elle s'accomplit normalement dans le rapport sexuel.

 

Le fait de considérer l'amour sexuel comme faisant partie d'un des besoins physiques de l'homme, résulte d'une méprise. Dans son essence, le désir de l'homme est toujours psychique et son désir physique n'est qu'une traduction et une transposition d'un désir psychique.

 

A l'actif des recherches psychanalytiques, il convient de tenir compte que la sympathie, la tendresse et d'autre formes d'amour " immatériel "sont souvent liées génétiquement à la sexualité, dont elles ne constituent que des sublimations, des transpositions ou des déviations régréssives infantiles.

 

Les affinitées intellectuelles, le dévouement et l'affection, l'esprit de sacrifice, les manifestations les plus élevées des sentiments peuvent aussi avoir une part dans l'amour, mais tout cela constitue du point de vue existenciel, quelque chose " d'autre ". S'il n'y a pas corrélation l'attraction que l'on a l'habitude d'appeler " physique " et dont la conséquence est l'union des corps et le traumatisme de l'acte sexuel.

 

Le passage à l'acte et sa consommation dans un paroxysme de l'expérience érotique en tant que telle. L'impulsion sexuelle est éveillée par l'impulsion physique et les strates les plus profondes de l'être se déclenchent. L'amour le plus élevé entre deux êtres du sexe opposé ou du même sexe est dans un sens, irréel, sans cette sorte de court-circuit qu'est l'orgasme sexuel.

 

Le Yin et le Yang

Selon les enseignements Extrême-Orientaux qui définissent les principes purs de la sexualité :

  • Le principe féminin
  • Le principe masculin

Cette énergie provient de la polarité du yin et du yang. Elle est induite par l'action d'un phénomène magnétique ayant pour corrélation psychologique plusieurs états : de vibration, d'élévation, d'exaltation, d'ivresse diffuse et de désir propre à l'Eros humain.

 

L'attraction entre un homme et une femme ou deux êtres du même sexe ne naît que lorsqu'une sorte de fluide s'établit entre eux. On peut donc parler de magie naturelle... de l'amour, c'est " l'Alchimie entre deux êtres "...

 

"FASCINUM" est le terme technique qui désignait une sorte d'incantation ou de sortilège dans l'antiquité.

 

L'état fluidique, l'énergie JING de l'enseignement chinois est éveillé tout d'abord par un regard et se répand ensuite dans le sang. A partir de ce moment-là " l'Un porte l'Autre " dans son sang et vice-versa, quelle que soit la distance qui les sépare.

 

Ce savoir est spontanément attesté par la langue universelle des couples, par des expressions bien connues ... celle-ci entre autres, telle que " le désir de toi brûle dans mes veines "... et traduisent un fait beaucoup plus essentiel et positif que tous ceux qui sont considérés par la sexologie courante.

 

Le sang est le grand agent sympathique de la vie, c'est le moteur de l'imagination, c'est le " substratum " animé de la lumière magnétique ou de la lumière astrale polarisée dans les êtres vivants, c'est la première incarnation du fluide universel, c'est la lumière vitale matérialisée.

 

La théorie magnétique de l'amour permet de dépasser la dichotomie entre le physique et le spirituel, la chair et l'âme, opposition inéxistante dans l'expérience érotique, car les deux éléments se confondent et se réveillent mutuellement, l'un fond dans l'autre et les transcendent en même temps.

 

Cet état est qualifié de "magnétique".

 

L'état d'amour magnétique n'est ni spirituel, ni charnel, il est terriblement puissant, car il imprègne l'homme et la femme ou deux êtres du même sexe dans chacune de ses parties, il a son siège dans le souffle...

 

Il existe l'amour platonique, l'amour sensuel et physique et l'amour magnétique, dans ce dernier tient les deux autres. En réalité, ce n'est pas un type particulier d'amour, mais bien plutôt le principe fondamental de tout amour.

 

Il ne peut y avoir d'attraction entre un homme et une femme ou deux êtres du même sexe, lorsqu'un " fluide " spécial ne s'établit pas effectivement ou potentiellement entre eux, ainsi l'amour sexuel cesse lorsque le magnétisme décroît.

 

Dans ce cas, prolonger une relation amoureuse serait aussi vain que d'essayer de faire tourner une machine sans énergie ou pour employer une image plus adéquate au symbolisme magnétique, de maintenir un métal en contact avec un electro-aimant, lorsque le courant électrique qui crée le champ magnétique s'arrête.

 

Même si les conditions extérieures restent inchangées : jeunesse, vigueur, sympathie, affinités ...lorsque l'état magnétisme cesse, l'Eros et le désir s'évanouissent inévitablement.

 

Et si tout n'est pas fini entre les deux partenaires, s'ils ne se désintéressent pas complètement l'un de l'autre, l'amour au sens propre fait place à des relations fondées sur : l'affection, la tendresse, l'habitude, les facteurs sociaux ou la peur de se retrouver seul(e), etc., enfin quelque chose " d'autre " par rapport à ce qui est conditionné par la polarité élémentaire des sexes opposés, ou de même sexe pour les homosexuels.

 

Eric-Jacques de MOLLET nous démontre et nous fait observer que si le magnétisme, le phénomène de magie, d'où la fascination réciproque de l'homme et de la femme ou des homosexuels se produit spontanément, ceux-ci prendront l'habitude d'activer, d'entretenir et de développer intentionnellement cette magie que l'on nomme " LA CRISTALLISATION AMOUREUSE ".

 

L'image de l'être aimé cristallise pour ainsi dire en une auréole composée de toutes sortes de contenus psychiques, que l'on peut traduire " d'idée fixe " et parfois peut devenir obsessive.

 

Ce phénomène de concentration mentale, complètement indépendant de la personnalité et de la volonté, comme si la pensée est littéralement enchaînée par une personne donnée, sans aucune issue possible. La concentration est donc un phénomène qui est d'une certaine manière, hermétique, monolithique, irrationnel et extrêmement forte.

 

Or, ce fait est une sorte de baromètre pour les couples, ou partenaires.

Ainsi inconsciemment, ils mettent en pratique une véritable technique qui se greffe sur le fait magique premier et le fait gagner en intensité jusqu'à aboutir aux variétés de la cristallisation.

 

On pourrait définir l'amour comme une sorte d'agonie due à la méditation extrême sur une personne du sexe opposé, ou du même sexe.

 

La rencontre du champ magnétique de deux personnes du sexe opposé ou identique, provoque une ivresse complète de " la lumière astrale " dont les manifestations sont l'amour et la passion.

 

Cette lumière devient un état qui correspond à ce qu'est " le rêve " de l'homme. L'imagination s'exprime en toute liberté, ainsi que tout changement de niveau de conscience causé par une congestion ou une ivresse de" lumière astrale " et implique une forme d'exaltation qui est magique en son genre.

 

Définir l'amour pour aller à l'essentiel:

" l'échange de deux fantaisies et le contact de deux épidermes "

Car, tandis que le contact corporel rend encore plus intense la force qui a été éveillée par la simple polarité sexuelle, l'action de deux fantaisies par " l'exaltation " et l'ivresse subtile " à un niveau de conscience déjà différent de celui de l'expérience normale de veille, constitue un facteur essentiel, fondé sur la magie opérative.

 

L'amour selon Platon et Spinoza

L'amour est désir et le désir est manque...

"Ce qu'on a pas, ce qu'on n'est pas, ce dont on manque, voilà les objets du désir et de l'amour"...

Voilà pourquoi parfois, il n'y a pas d'amour vraiment heureux. Si l'amour est manque, et dans la mesure où il est manque, nous n'avons guère de choix, qu'entre deux positions amoureuses ou deux positions quant à l'amour.

  • Soit, nous aimons celui ou celle que nous n'avons pas, et nous souffrons de ce manque : c'est ce qu'on appelle " un chagrin d'amour "...
  • Soit nous avons celui ou celle qui ne nous manque plus, puisque nous l'avons, et c'est ce qu'on appelle "un couple".

Si bien que la seule réfutation vraie du platonisme, ce sont les couples heureux...et heureusement qu'il en existe quand même !...

 

Or toute passion qui dure se transforme en amitié ou devient mortifère.

" La passion est du côté de la mort, l'Amitié est du côté de la Vie "

 

On peut aimer ce qui manque et souffrir... On peut aussi aimer ce qui ne nous manque pas, c'est-à-dire jouir ou se réjouir de ce qui est...

 

" Aimer c'est se réjouir ", car l'amour est une joie qu'accompagne l'idée d'une cause.

Si quelqu'un vous dit : " JE SUIS JOYEUX A L'IDEE QUE TU EXISTES "

Cette phrase résonne comme une vraie déclaration d'amour, car celle-ci ne vous demande rien...

Cette déclaration en un sens Spinoziste, cela voudra dire "tu es la cause de ma joie, je me réjouis à l'idée que tu existes". Il ne demandera rien puisque votre existence suffit à le convaincre et à le satisfaire.

Ça n'arrive pas tous les jours, beaucoup de gens sont morts sans avoir entendu ça!

 

Parce que si quelqu'un vous dit " je t'aime ", mais s'avère être platonicien son je t'aime signifie en vérité" tu me manques, je te veux ".

 

  • Pour Platon l'amour est désir et manque...
  • Pour Spinoza l'amour est puissance et joie, désir oui, mais non pas    manque, puissance de jouir et jouissance en puissance.
  • Il y a des gens qui n'ont pas la puissance de jouir du corps de l'autre, c'est ce qu'on appelle l'impuissance et la frigidité.
  • Il y a des gens qui sont incapable de se réjouir de l'existence de l'autre, c'est ce que Freud appelait la perte de la capacité d'aimer.

 

Les deux troubles peuvent aller de pair par exemple dans la dépression, mais peuvent aussi exister séparément.

 

  • D'autres peuvent se réjouir qui ne peuvent pas jouir. Cela confirme que le désir et l'amour sont deux choses différentes, quoique liées, qui est la pulsion de vie.

 

Si l'amour rendait toujours impuissant et frigide, quelle tristesse !

On peut jouir et se réjouir à la fois et au fond, ce sont les plus beaux moments que nous connaissons.

 

"Heureux les amants pour qui la chair n'est pas triste".

 

La sexualisation

Pour en arriver au sujet de la sexualisation. Celle-ci comporte plusieurs degrés. Tout individu d'un sexe a en lui des ébauches de l'autre sexe.

  • l'Homme possède en Lui une part de Féminin.
  • la Femme possède en Elle une part de masculin.

 

C'est donc pour cette raison qu'il peut exister des êtres qui ne sont ni de purs hommes, ni de pures femmes, comme les homosexuels(es)mais ont le caractère correspondant aux degrés intermédiaires.

 

C'est de cela que découle la première loi de l'attraction entre les sexes. Tout être a en SOI , un signe distinctif et cherche instinctivement et constamment "à rencontrer sa moitié", voire son complément, de telle sorte que les deux moitiés puissent former un Tout.

 

Ainsi, puisqu'il y a divers degrés de sexualisation, cette situation se réalise, lorsqu'un degré donné de virilité chez un être correspond à un degré donné de féminité chez un autre être. Il a été prouvé et estimé qu'un homme et une femme ne sont jamais autant attirés l'un par l'autre que lorsque l'addition de leurs composantes masculines et de leurs composantes féminines donne l'homme absolu et la femme absolue. D'où  l'Alchimie entre deux êtres...

 

La première loi à laquelle obéit le processus sexuel est celle de la complémentarité dans l'union d'un Homme et d'une Femme.

 

  • " Le coup de foudre "s'explique quand la force la plus profonde et surdimentionnelle agit de façon directe, libre et prédominante...
  • "L'amour unique ou passion fatale, c'est le cas où la force élémentaire accompagnée de conditionnements spécifiques, formant un ensemble s'accentuant dans l'esprit, jusqu'à créer l'illusion de l'irremplaçabilité.

Cet amour n'est presque jamais heureux car la force et "la charge" agissent et vont au delà de l'individu... en exemple illustré " Tristand et Isolde de Richard Wagner ".

  • "L'amour idéalisé, où l'on se donne l'illusion d'aimer "l'autre" pour telle ou telle de ses qualités, alors que ce que l'on aime vraiment, ce quoi l'on est attaché, c'est son être nu...

Une autre façon d'aimer...

La multiplication des expériences amoureuses peut contribuer à faire disparaître la fixité propre à la première période érotique. Ainsi Balzac a fait remarquer que dans la première femme aimée, on aime tout, comme si elle était la seule.  Tandis que plus tard on aime " la Femme " dans toute femme... et ceci s'avère vrai dans les deux sens, au féminin comme au masculin.

 

" L'amour libertin ", qui ne cherche que le plaisir charnel et juge une femme ou un homme en fonction du plaisir qu'il ou qu'elle pense lui donner. Une femme en vaut plus ou moins une autre, un homme en vaut plus ou moins un autre, à tous autres égards,la notion du respect de l'autre est occultée. Dans ce cas, tout est iorganique, sans racines profondes et éphémères.

 

La consommation d'alcool et de certaines substances de stupéfiants et drogues douces servent parfois d'adjuvants dans les pratiques sexuelles, de caractère sacré du dyonysisme et du tantrisme. Les philtres d'amour, dont notre époque moderne ignore tout de la véritable nature ont joués un rôle similaire dans l'époque antique

 

Dans la civilisation Occidentale, pour un individu normal, l'expérience érotique compte parmi les plus passives.Cette situation est considérée naturelle et normale. A tel point que lorsqu'elle ne se produit pas, qu'il n'y a pas de contrainte, qu'il est possible de sentir et d'agir autrement, on doute de la sincérité et de la profondeur d'un sentiment ou d'un désir.

Ce qui peut amener la souffrance... D'où " le mal d'aimer "...

 

Éric-Jacques de MOLLET vous conseillera de toujours considérer ce qui procède directement de l'interaction de la masculinité absolue et de la féminité absolue, comme "le fondement de tout et la force première" tout en gardant un grand respect quant au choix  " d'être ou de vie " des unions homosexuels(es) ou autres... car les préférences sexuelles ou amoureuses font partie du domaine de l'intime et appartiennent à chacun.

A cet égard, le processus et tous les effets d'une attraction élémentaire seront d'autant plus intenses.

Laissez-vous guider, par le fluide naturel, qui vous mènera vers la " lumière astrale "... et la magie de l'amour...

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© ordre-spirite-universel.com